Huiles essentielles et contre-indications avec e-sante.fr – Quelles sont les contre-indications des huiles essentielles ?


Huiles essentielles : les précautions et contre-indications

Les huiles essentielles renferment des principes actifs qui leur confèrent des propriétés thérapeutiques. Utilisées depuis des millénaires, elles sont actuellement très prisées du grand public. Pour éviter les erreurs, il n’est pas inutile de rappeler les précautions d’usage et les contre-indications.

Quelles sont les contre-indications des huiles essentielles ?

1) Les huiles essentielles ne doivent pas être utilisées chez les femmes enceintes ou qui allaitent. Les huiles essentielles de menthe poivrée et appartenant aux familles des cétones et des lactones sont neurotoxiques et abortives.
2) Elles ne doivent pas non plus être employées chez les enfants de moins de 7 ans, disent certains, tandis que d’autres préfèrent par mesure de précaution étendre la contre-indication aux moins de 12 ans. Les enfants ont une peau beaucoup plus sensible et fragile que les adultes et certains composants neurotoxiques contenus dans les huiles essentielles peuvent se révéler dangereux (menthe poivrée, cétones et lactones).
3) L’exposition au soleil est incompatible avec certaines huiles essentielles car elles sont photosensibilisantes (aldéhydes terpéniques), c’est-à-dire qu’elles peuvent provoquer des taches sur la peau.
C’est notamment le cas des huiles essentielles à base d’agrumes mais pas seulement : citron (zeste), mandarine (zeste), orange amer (zeste), pamplemousse (zeste), verveine citronnée, angélique archangélique (semence), bergamote (zeste), céleri cultivé (plante entière), combave (zeste), khella, lime (zeste),

4) Si leurs composants biochimiques leur confèrent leurs propriétés thérapeutiques, ils sont également à l’origine de leurs contre-indications. On distingue plusieurs grandes familles d’huiles essentielles : les aldéhydes (agressifs pour la peau et photosensibilisants pour les aldéhydes terpéniques), les cétones (neurotoxiques et abortifs), les esters, les lactones (neurotoxiques et abortifs), les phénols (agressifs pour la peau, hépato-toxiques), les terpènes (agressifs pour la peau), etc.
Toutefois, le détail des formules étant très complexe, il est conseillé de demander l’avis d’un spécialiste avant d’utiliser une huile essentielle.
A titre indicatif, voici quelques huiles essentielles à éviter si vous présentez une de ces affections :
Hypertension : ne pas utiliser d’huile essentielle de romarin.
Epilepsie : ne pas utiliser d’huile essentielle d’aneth odorant, de camphre, d’hysope officinale, ni de thuya.
Traitement anti-coagulant : ciste ladanifère, cyprès toujours vert.
Hypothyroïdie : épinette noire.
Maladie rénale : genévrier.
Terrain allergique : menthe poivrée, litsée citronnée, mélisse, cannelle de Ceylan.

Huiles essentielles : les précautions et contre-indications

Les huiles essentielles renferment des principes actifs qui leur confèrent des propriétés thérapeutiques. Utilisées depuis des millénaires, elles sont actuellement très prisées du grand public. Pour éviter les erreurs, il n’est pas inutile de rappeler les précautions d’usage et les contre-indications.

Huiles essentielles : petite revue des précautions d’usage

Respecter scrupuleusement la dilution recommandée, ne pas l’augmenter de son propre chef.
Ne jamais ingérer ou appliquer sur la peau une huile essentielle sans la diluer au préalable.
Acheter des huiles 100% naturelles et pures, idéalement bio. Respecter la date de péremption figurant sur le flacon.
Eviter tout contact avec les yeux. En cas de projection accidentelle dans les yeux, rincer immédiatement et abondamment avec une huile végétale (tournesol, olive), jamais avec de l’eau car les huiles essentielles ne sont pas solubles dans l’eau. Faire de même en cas de réaction sur la peau (par exemple si surdosage, si réaction cutanée avec une huile caustique qui peut provoquer une brûlure, si sensibilité particulière).
En cas d’ingestion massive, contacter le centre anti-poison.
Demander l’avis d’un spécialiste revendeur, d’un médecin ou d’un pharmacien est recommandé.

23/06/2008

Isabelle Eustache

‘ Bien vivre les huiles essentielles ‘, Emmanuelle Mary et Laure Molard, éditions, Saep

Publicités

À propos Philippe Jacques Claude DEWEPPE
Depuis 1991, je suis en activité en tant que comptable essentiellement en intérim, en CDD. J'ai aussi été VDI pour HERBALIFE FRANCE activement pendant un temps. Là, ce n'est une activité salariée mais une activité indépendante. En même temps, cela me permet d'avoir des produits de bien être au prix distributeur.Sur ce blog, je partage mes informations sur les produits, des informations que je peux lire sur des newsletters diverses. Ainsi, vous aurez des news en provenance d' HERBALIFE forcément mais de santé.fr, de la revue financière, de Capital que je partage volontiers aussi plusieurs réseaux sociaux. Mes intérêts sont donc la comptabilité, l'économie, le droit. Je suis titulaire d'un Bac G2 comptabilité techniques quantitatives de gestion, d'un BTS comptabilité gestion des organisations et également de la Licence Droit Eco Gestion parcours gestion des entreprises. Mon dernier challenge en formation est d'obtenir le Bac + 4 Responsable de gestion en suivant des cours du soir au Cnam. C'est bien parti pour le moment.. Mon souhait est de trouver en même temps un poste en rapport avec mes formations, et mon expérience déjà acquise Je m'intéresse évidemment à d'autres choses. Je suis fan de sports mécaniques, de la Voile et de la Natation, de sports de combat et du Cyclisme, sans pratiquer ces activités en général. Je pratique effectivement un peu la Natation et la marche à pieds. Enfin, j'aime aussi les ambiances médiévales, d'ailleurs sur mon profil Facebook, j'ai partagé des expériences de vie en camp en association médiévale.

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :